Défiscaliser en investissant dans l’immobilier locatif en outre-mer, c’est possible avec la loi Girardin 2017! Il s’agit d’un dispositif fiscal concernant les investissements dans des résidences d’habitation principales. On distingue également la loi Girardin industriel relative aux placements productifs. Ces deux lois sont valides jusqu’au 31 décembre 2017, l’objectif de l’État étant d’encourager les investissements dans ces départements d’outre-mer afin de participer à leur développement.

La loi Girardin classique

L’investissement consiste à effectuer l’acquisition d’un logement neuf ou en VEFA (Vente en l’État Futur d’Achèvement), et ce, afin de bénéficier d’une diminution d’impôt allant de 25% à 50%. Cette résidence d’habitation doit alors être située dans un département d’outre-mer. Elle sera louée nue à titre de résidence principale du locataire pendant au moins 6 ans. Afin d’être éligible à ladite loi, le contribuable doit être domicilié en France ou dans les territoires et collectivités d’outre-mer. En outre, le montant de son imposition ne doit pas dépasser les 5000 euros.

La loi Girardin industriel

On note de plus en plus de demandes d’investissement dans les DOM TOM ces dernières années, en raison de la densité spécifique du tissu économique. La loi Girardin industriel s’adresse alors à tout investisseur métropolitain réalisant des placements dans le cadre d’une activité à caractère industriel, artisanal ou agricole dans les départements d’outre-mer. Toutefois, ladite loi donne lieu non pas à une réduction de la base imposable, mais plutôt à une défiscalisation portant sur le montant de l’impôt à payer. Dans ce cas, comment bénéficier de la loi Girardin industriel ? L’investisseur procède à la souscription de parts auprès d’une Société par Actions Simplifiées (SAS) ou auprès d‘une Société en Nom Collectif (SNC). En ayant recours à cette dernière, celui-ci adhère au RSI ou Régime Social des Indépendants qui invite au paiement des cotisations sociales.